Voici charme #3 prélevé à mes débuts dans le monde du bonsaï. Je n'y connaissais rien. Ni en arbre, ni en culture et encore moins en bonsaï. Mais, n'ayant peur de rien, j'ai prélevé ce charme planté vers 2004 dans un terrain en jachère truffé de gibiers à plumes et à poils.

A l'époque, je le trouvais plein d'intérêts : du mouvement, de la conicité....hummmmm..... Aujourd'hui beaucoup moins. Après plusieurs projets dont celui de le replanter là d'où il venait, le voici, malgré tout en caisse de culture. Son histoire en image.

 

7 Mars 2015 :

Prélèvement et mise en culture dans une immense caisse de culture "maison". L'arbre a une énorme racine pivot qui débute à l'horizontale puis repasse sous l'arbre et se retrouve de l'autre côté... Bref, je n'ose pas la couper et place l'arbre dans un mélange pouzzolane -pomice.

Bien sûr, je ne coupe quasiment rien de la partie aérienne. L'arbre végète toute la saison. Il perd quelques branches. bref, il aurait fallu le réduire de moitié voire des 2/3.

 

DSC_0769

DSC_0774

DSC_0773

DSC_0775

DSC_0793

 

Avril 2016 :

Je me rends bien compte que l'avenir de cet arbre ne sera pas brillant. Mais comme c'est mon premier prélèvement, j'hésite à m'en séparer. Je le garde et décide de le marcotter en conservant la base que je trouve tout de même intéressante. Je réduis l'arbre de moitié.

 

DSC_0762

DSC_0768

DSC_0771

 

Printemps 2017 :

La marcotte est sevrée. Elle a bien fonctionnée et l'arbre est placé dans un petit conteneur (Pumice pure). Il est enfin sabré, ce qui aurait dû être fait au moment du prélèvement. La taille sera reprise en juin (une bonne période pour le charme, mais ce n'est qu'un avis personnel et partagé par quelques amateurs du charme). Finalement, il n'est pas si moche. Il n'irait jamais au Noelanders mais saura - je l'espère - trouver une bonne place sur mes étagères.

 

 

DSC_0849

 

Printemps 2018

L'arbre a rejoint la pleine terre pour plusieurs années. Ma vision des choses à bien changé....

Objectifs :

- lui donner de la conicité

- cicatriser la coupe