Vous ne devinerez jamais avec qui j’ai travaillé quelques arbres dimanche toute la journée ! Bon allez, je vous raconte. Avec Fabrice Huertas, de passage dans le nord de la France. Après quelques échanges sur Facebook, nous avons convenu d’une rencontre (en tout bien tout honneur !). Bref, les présentations faites, nous prenons la direction du jardinet et de la cour où je lui présente mes modestes bouts de bois. Fabrice note que j’ai quelques taxus sympathiques et quelques arbres presque aboutis « exposables ». On discute, je ne prends aucune note, je vais essayer de tout retenir. Cet amoureux du pin sylvestre n’est pas avare de conseils : « marcotte ici, coupe là, ne conserve pas celui-ci et surtout pense à ligaturer toutes tes boutures pour leur donner du mouvement... ». Midi sonne. La maitresse de maison nous rappelle qu’il est l’heure de l’apéro. « Champagne !? » nous dit-elle. Allez, pourquoi pas ?! Santé.

Quelques coupes plus loin et la panse bien remplie, nous installons notre atelier dans le garage. Les semis de picea abies d’un an sont tous ligaturés. Fabrice cherche le nebari pour donner du mouvement dès le départ du tronc. Il m’explique qu’il  faut bien plier les branches afin de ne pas laisser de courbe molle. Puis c’est au tour des genévriers Juniperus chinensis d’être travaillés. Les plus gros (10 mm) sont ligaturés avec du fil de cuivre de 2 mm. Je prends des photos avant/après pour me souvenir du travail réalisé. Enfin, une dizaine de jeunes plants d’orme du Japon, tous issus d’une bouture faite au printemps 2015, sont mis en forme. Chacun sur un arbre, nous posons une, deux voire trois fils afin de plier le tronc sans le déchirer. Fabrice me montre une première mise en forme. J'adore ! J'ai presqu'un bonsai ! Il faudra laisser les ligatures plusieurs semaines puis déligaturer pour reposer de nouveaux fils en prenant soin de les disposer dans l’autre sens pour maximiser la dynamique globale.

 

DSC_0404

Histoire de se chauffer les doigts, les petits Picea abies sont ligaturés et mis en forme.

 

DSC_0414

Fabrice insiste sur une chose : le ligaturage démarre juste au dessus du nebari.

 

DSC_0398

 

DSC_0415

DSC_0418

 

DSC_0426

  Ou comment transformer un semblant de cascade en un lettré prometteur...

 

Séance relooking pour un autre orme travaillé en cascade :

DSC_0422

DSC_0425

DSC_0427

DSC_0429

DSC_0431

DSC_0432

DSC_0433

 

DSC_0449

DSC_0440

 

Un dernier pour la route, cette fois, c'est la technique du clip and grow sans ligaturage qui est testée. Wait and see :

DSC_0465

DSC_0466

DSC_0467

Notez au passage mon studio photo : un fil tendu, deux pinces à linge, un morceau de moquette et un marche pied et, le tour est joué !

 

Il est maintenait 19h. Le cours particulier touche à sa fin. Nous coupons une dernière bouture afin de la mener tout doucement vers un petit bonsai avec la technique du clip and grow. Couic, plus de branche. Une nouvelle nouvelle ligne de tronc est choisie et c’est reparti pour de la culture.

 

 

En bon boulimique de boutures que je suis (que nous sommes en réalité), nous profitons des déchets pour bouturer une série de branches d’orme du Japon. Placées sous cloche avec un peu d’hormone de bouturage, les premières racines devraient faire leur apparition dans quelques semaines. Promis, je t’en mets quelques unes de côté !

DSC_0494

 

Quelques arbres travaillés :

DSC_0463

DSC_0441

DSC_0455

DSC_0459

DSC_0460

 

lettre odc

La cascade devenue lettré !

 

Encore merci pour ce moment de partage et vivement la prochaine session !